La pandémie avait empêché les grands rassemblements en 2020. L’hommage de cette année est marqué par l’épreuve du procès, débuté en septembre.

(PHOTO D’ILLUSTRATION) – MIGUEL MEDINA © 2019 AFP

Six ans après l’horreur, la commémoration du 13-Novembre organisée ce samedi s’annonce plus symbolique que jamais, au moment où le procès historique actuellement en cours éprouve les victimes et façonne la mémoire collective de ces attentats.

Accompagné notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo, le Premier ministre Jean Castex a entamé la tournée d’hommages par un dépôt de gerbe suivi d’une minute de silence devant le Stade de France vers 9h15, avant de prendre la direction des terrasses de cafés et du Bataclan à Paris, où des commandos téléguidés par le groupe État islamique (EI) avaient tué 130 personnes et fait plus de 350 blessés en 2015, semant l’effroi dans le pays.

Cette série d’hommages, qui s’achèvera avec une minute de silence juste avant le match de football France – Kazakhstan (20h45) au Parc des Princes, intervient deux semaines à peine après la fin de la première phase du procès, où plus de 350 parties civiles ont retracé à la barre le déroulé de cette soirée apocalyptique.