Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s’est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au “volontarisme” des familles pour poursuivre dans cette dynamique.

69% des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin

Si une majorité des 12-17 ans est en partie vaccinée, la situation est toutefois très disparate selon les régions d’après le SNPDEN. “On sait que dans les Landes le taux de 12-17 ans ayant eu une dose monte à 98% quand il n’est que de 53% en Seine-Saint-Denis”, a expliqué lors d’une conférence de presse de rentrée Bruno Bobkiewicz, secrétaire général du syndicat.

“C’est très important qu’on continue la dynamique qui est en route, on a dépassé les 69% d’élèves de 12-17 ans qui ont eu déjà une première injection” a assuré le ministre.

“C’est cette augmentation de la vaccination qui est en train de créer en ce moment en France, tous âges confondus, une baisse de l’épidémie”, a-t-il ajouté.

“Tout collégien ou lycéen doit se voir proposer une vaccination au mois de septembre et en général une deuxième injection au mois d’octobre” a-t-il souligné, saluant le travail des services de l’Etat et des collectivités pour offrir aux élèves des vaccinations dans leur établissement ou à proximité.

Actuellement, le protocole du ministère prévoit qu’un cas de Covid dans une classe en primaire entraîne une fermeture. En cas de contamination au collège ou au lycée, les élèves cas contacts non vaccinés doivent s’isoler une semaine.

Une stratégie qui contraste avec les dernières recommandations du conseil scientifique et du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale datant du 13 septembre et dévoilées par nos confrères du journal Le Monde. Les experts préconisent notamment qu’à l’école primaire le dépistage soit “systématique et hebdomadaire” et seuls les enfants détectés positifs renvoyés chez eux.