Huit jours après l’agression en prison d’Yvan Colonna, les manifestations se sont intensifiées dans la nuit.

CREDIT : Wikimedias commons

Le 2 mars 2022, Yvan Colonna, 61 ans, a été frappé à plusieurs reprises par un homme de 36 ans qui a écrasé sa gorge avec son pied, puis l’a étouffé avec des serviettes et un sac plastique auquel il avait accès dans le cadre de ses fonctions. Cette scène, pourtant filmée par les caméras de surveillance, a duré plusieurs minutes en l’absence de tout tiers, les gardiens n’étant intervenus.

Des manifestations en soutien à Yvan Colonna et contre l’«État français assassin» se sont poursuivies jeudi 10 mars en Corse, au lendemain d’une nuit «d’émeutes» qui a vu le palais de justice d’Ajaccio pris pour cible, huit jours après l’agression en prison du militant indépendantiste.

La situation était plus tendu hier soir à Bastia et surtout à Corte, dans le centre de l’île, où on rapporte des jets de cocktails molotov contre la sous-préfecture. Les nationalistes corses, militants ou représentants politiques, demandent la levée du statut de DPS, détenu particulièrement signalé des deux autres membres du commando Erignac, ce qui permettrait leur transfert vers une prison de l’île de Beauté.