Le Parti social-démocrate a gagné les élections législatives, selon un décompte officiel provisoire annoncé lundi par la commission électorale fédérale.

Angela Merkel : c’est fini

CREDIT : Yahoo Images

Les Allemands étaient appelés à voter ce dimanche 26 septembre pour élire les députés qui formeront le Bundestag, qui eux-mêmes seront amenés à former un nouveau gouvernement. Et les résultats de ces élections se révèlent serrés.

Selon les premières estimations, le mouvement de Merkel n’obtiendrait que 24% à 25% des suffrages, contre 32,8% lors du précédent scrutin de 2017. Jamais dans l’histoire de la République fédérale d’Allemagne il n’avait terminé sous le seuil de 30%. Le mouvement est légèrement devancé par les sociaux-démocrates.

Les sociaux-démocrates (SPD), menés par Olaf Scholz, s’adjugent la première place avec 25,7% des suffrages, selon les résultats officiels provisoires, suivis de près par les chrétiens démocrates (CDU-CSU) de la chancelière sortante Angela Merkel et menés par Armin Laschet avec 24,1% des voix.

L’Allemagne entre désormais dans une phase beaucoup plus imprévisible avec de difficiles tractations en vue pour former le prochain gouvernement à la suite des législatives : tant les sociaux-démocrates, vainqueurs d’une courte tête, que les conservateurs en revendiquent la direction. Dès lundi matin, les directions des différents partis susceptibles d’entrer dans une future coalition se réunissent à Berlin et devraient donner des indications sur les alliances qu’elles envisagent.

Dans la configuration actuelle, plusieurs solutions sont possibles pour une majorité au Bundestag. Le SPD pourrait ainsi s’allier avec les Verts, arrivés troisièmes du scrutin avec 14,8 %, et les libéraux du FDP, un parti de droite qui a recueilli 11,5 %. Alternativement, ce sont les conservateurs qui pourraient gouverner avec les Verts et le FDP.