Le documentaire « Angèle » est disponible sur Netflix depuis vendredi.

CREDIT   : netflix

A deux semaines de la sortie de son deuxième album, la pop star belge se raconte dans un documentaire sorti vendredi sur Netflix. Un récit classique, porté par des confidences de la chanteuse consignées au fil des années.

Au début d’Angèle, le documentaire, on retrouve sur scène Angèle, la chanteuse. Silhouette baignée de lumière, elle s’avance main sur les hanches, moue conquérante. La même Angèle qui, quelques secondes plus tôt, s’échauffait en backstage, réajustant sa veste en silence sous les hurlements d’un public chauffé à blanc.

Une femme complexe derrière la pop star. Pétrie d’angoisses et de doutes, Angèle se dévoile dans un documentaire qui lui est consacré. Quelques semaines avant la sortie de son deuxième album, Nonante-Cinq, le 10 décembre prochain, Netflix a mis en ligne ce vendredi Angèle, réalisé par Brice VDH et Sébastien Rensonnet. A travers des images d’archives, des interviews de proches et surtout l’exploration de ses journaux intimes, le film fait émerger une jeune femme égratignée par la célébrité.

La réussite a broyé l’authenticité de ses relations sociales, elle se sent vide, fausse…

On ne le sait pas forcément, mais avant d’être Angèle, la jeune fille était la fille de deux célébrités belges : le chanteur Marka et la comédienne Laurence Bibot. Elle raconte les difficultés qu’elle et son frère, le rappeur Roméo Elvis, ont rencontrées pour trouver leur place à côté d’eux. Douée au piano, elle s’agace de l’exigence extrême de son père, au point d’asséner à de nombreuses reprises qu’elle n’en ferait jamais son métier. Au collège, elle souffre de ne pouvoir se plaindre de ses parents auprès de ses camarades qui la renvoient sans cesse à leur notoriété. La « fille de » a fini par éclipser frère et parents, les reléguant au rang de « parents de » et « frère de ». Un retournement de situation plutôt inattendu qui fait sourire le cocon familial.

En passant de ses débuts difficiles avec le public en compagnie de  Damso à la une de « Playboy » traumatisante où elle est dénudée, Angèle se confie sur tous les sujets.

Enfin, derrière la pop star se cache un être humain. Le documentaire montre à quel point la société a tendance à l’oublier. A commencer par le présentateur vedette de C8, Cyril Hanouna qui l’a mise en grande difficulté en dévoilant sa bisexualité à la télévision. Après l’émission de Touche pas à mon poste, elle a été contrainte de s’expliquer auprès de sa grand-mère, « mamy Pilou », de qui elle est très proche et de faire face aux réactions parfois agressives du grand public.

Une belle morale, pour un beau documentaire !