La Liste rouge, le document de référence de 142.577 espèces, faune et flore confondues, a franchi pour la première fois le cap des 40.000 espèces menacées d’extinction.

CREDIT  : Faut qu’on en parle

La Liste rouge, document de référence de 142 577 espèces, faune et flore confondues, a recensé pour la première fois plus de 40 000 espèces menacées d’extinction – 40 084 précisément, a mis en garde l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Parmi elles, on compte plusieurs espèces vivant sur le territoire français. La nouvelle évaluation classe notamment dix sous-populations de baleines et de dauphins de la mer Méditerranée « en danger » ou « en danger critique d’extinction ». Le rorqual commun a également été placé sur la liste des espèces « en danger » en raison d’un déclin considérable de sa population.

Les libellules et demoiselles se meurent, victimes de la disparition des zones humides, l’habitat naturel de ces élégants insectes aux couleurs chamarrées dont au moins 1/6ème des espèces risquent de s’éteindre, a mis en garde jeudi l’Union internationale pour la conservation de la nature.

C’est la première fois que l’UICN fait un état des lieux des 6.016 espèces de libellules et demoiselles -les odonates– répertoriées dans le monde.

Et elle estime que 16% d’entre elles sont menacées d’extinction, dans une mise à jour de sa liste rouge qui est un inventaire mondial de l’état de conservation de la faune et de la flore.

Le desman des Pyrénées, surnommé rat-trompette, est désormais considéré comme « en danger », alors que cet animal qui vit en France et dans le nord de la péninsule ibérique était auparavant classé comme « vulnérable ».