Salah Abdeslam a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec période de sûreté incompressible par la cour d’assises spéciale.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Marteau du juge – CREDIT : Pixabay

Les cinq magistrats professionnels ont suivi les réquisitions du parquet national antiterroriste qui avait réclamé cette sanction rarissime, qui rend infime toute possibilité de libération, à l’encontre du seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts.

Cette décision suit les réquisitions du Parquet national antiterroriste. Il s’agit de la peine la plus élevée prévue par le code pénal, qui rend infime toute possibilité de libération.

Il a été notamment reconnu coupable pour association de malfaiteurs terroristes.

Salah Abdeslam, a tenu à expliquer son « évolution » au cours des débats. « J’ai reconnu que je n’étais pas parfait, j’ai fait des erreurs, c’est vrai, mais je ne suis pas un assassin, je ne suis pas un tueur. Et si vous me condamnez pour assassinat, vous commettrez une injustice », a-t-il déclaré.

Osama Krayem et Sofien Ayari condamnés à trente ans de prison assortie d’une période de sûreté des deux tiers.

Mohamed Bakkali a été condamné à trente ans de prison avec une peine de sûreté des deux tiers. Pour le président de la cour d’assises spéciale, M. Bakkali « a participé aux recherches d’armes. (…) Il joue un rôle primordial dans la logistique des attentats » du 13-Novembre.
Il était accusé d’avoir loué des planques à Bruxelles pour y héberger les djihadistes et d’y avoir conduit certains d’entre eux. Le Parquet national antiterroriste avait requis la perpétuité.