Quelque 5 098 enfants de moins de 2 ans ont été vus aux urgences pour bronchiolite la semaine dernière, selon Santé publique France.

CREDIT : Pixabay

L’épidémie de bronchiolite s’accentue encore en France. Comme depuis plusieurs semaines, l’Hexagone est marqué par une « poursuite de l’épidémie de bronchiolite » dans toutes les régions, a résumé l’agence Santé publique France, mercredi 1er décembre. Elle s’accélère même avec une « forte augmentation des passages aux urgences et des hospitalisations » pour les moins de 2 ans, précise l’organisme de santé publique.

L’année dernière, les enfants n’ont pas beaucoup rencontré le virus compte tenu des mesures barrières qui étaient appliquées pour endiguer le Covid-19. Par conséquent, il n’y a pas eu d’immunisation des bébés nés en 2020, ce qui explique l’arrivée de plus de malades cette année. Ils ne sont pas forcément plus graves, mais ils arrivent en plus grand nombre. Cette année blanche pour la bronchiolite (l’année dernière) a probablement perturbé la circulation du virus. Ainsi, le système de santé est embouteillé, que ce soit au niveau des consultations chez le médecin traitant ou chez le pédiatre. Beaucoup de personnes se retrouvent donc aux urgences, car elles n’ont pas pu voir leur médecin habituel.

Cette maladie, courante et contagieuse, touche l’ensemble du territoire métropolitain cet hiver. Néanmoins, certains conseils peuvent aider les parents confrontés à une infection chez leur enfant.

Tout d’abord, il est important de comprendre ce qu’est la bronchiolite. Il s’agit d’une infection virale respiratoire aiguë atteignant les bronchioles. Le virus provoque une inflammation de ces petites bronches entraînant des gênes respiratoires dont les signes sont une toux et une respiration rapide et sifflante, explique l’Assurance Maladie.

Souvent bénigne, la bronchiolite touche principalement les nourrissons de moins de deux ans, pouvant nécessiter une hospitalisation. Pour éviter une infection, les gestes barrières, identiques à ceux appliqués contre le Covid-19, sont préconisés : aération des pièces, lavage des mains, port du masque… Un simple rhume chez un adulte peut aussi se transformer en bronchiolite chez votre bébé.

Les débuts d’une bronchiolite ressemblent à ceux d’un rhume. Ils peuvent tousser et avoir une respiration difficile, rapide et sifflante. Ils peuvent aussi avoir de la fièvre.

Premier conseil du docteur Dominique Lemarié, pédiatre à Metz, invitée sur France Bleu Lorraine : « Il faut bien nettoyer le nez«  votre enfant. Cela permet de « libérer les voies respiratoires pour permettre au bébé de bien respirer et s’alimenter », complète Fabienne Kochert.

Si votre enfant boit moins de la moitié de ses biberons à trois repas consécutifs et vomit systématiquement, s’il dort en permanence ou s’il pleure de manière inhabituelle et n’arrive pas à s’endormir, vous devez l’amener à l’hôpital le plus vite possible.

Le docteur Hélène Pla se veut rassurante : « Il ne faut pas s’inquiéter tout de suite », aux premiers symptômes. Selon elle, la bronchiolite, la plupart du temps bénigne, « n’est pas une maladie grave ». En revanche, il faut commencer à s’inquiéter si cette gêne respiratoire ou la toux commencent à être « plus importantes », « si la respiration est rapide, si le bébé est peu tonique, ou qu’il boit et mange moins bien ». Un repère, pour le docteur Dominique Lemarié : si le bébé « mange moins de la moitié de ses quantités habituelles »

Dans les cas les plus graves, un enfant atteint de bronchiolite peut être hospitalisé. Cela concerne les bébés qui « n’arrivent plus à s’alimenter suffisamment et qui doivent être perfusés, qui ont parfois besoin d’oxygène car les bronches sont bouchées, qui sont très peu toniques et qui ont besoin d’être surveillés », détaille Hélène Pla.