Le burkini à la piscine ? C’est non pour le Conseil d’Etat. La plus haute juridiction administrative française a donné raison ce mardi à la préfecture de l’Isère face à la mairie de Grenoble.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Burkini – CREDIT : Wikimedia common Myousry6666

Le Conseil d’Etat a fermé la porte aux burkinis dans les piscines municipales en donnant mardi raison à la préfecture de l’Isère qui s’opposait à une nouvelle disposition controversée de la commune de Grenoble.

Selon le juge des référés du Conseil d’État, «la dérogation très ciblée, apportée pour satisfaire une revendication religieuse, aux règles de droit commun de port de tenues de bain près du corps édictées pour des motifs d’hygiène et de sécurité, est de nature à affecter le bon fonctionnement du service public et l’égalité de traitement des usagers dans des conditions portant atteinte au principe de neutralité des services publics» dit le communiqué de presse.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est félicité de cette décision sur Twitter, jugeant que le « communautarisme d’Éric Piolle » avait été « définitivement sanctionné par le Conseil d’Etat » dans « une victoire pour la loi ‘séparatisme’, pour la laïcité et au-delà, pour toute la République ».