L’évolution de l’épidémie de COVID-19 en France ressemble clairement au début d’une cinquième vague, a déclaré ce mercredi chez TF1 Olivier Véran.

CREDIT : TF1

En Europe, trois pays se détachent, à des niveaux supérieurs aux autres en termes de contaminations, d’hospitalisations, de nombre de patients en réanimation et de décès : le Royaume-Uni, la Belgique et l’Allemagne.

Interrogé sur TF1 sur la possibilité pour la France d’échapper à une nouvelle vague de contaminations comme celle que connaissent d’autres pays européens, notamment l’Allemagne, le ministre de la Santé a répondu : “Je vous répondrai avec encore plus de clarté dans deux semaines mais ça ressemble clairement au début d’une cinquième vague, la circulation du virus s’accélère.”

Il a également rappelé que “la vaccination n’est pas ouverte au rappel si vous avez moins de 50 ans, à moins que vous ayez une comorbidité (…) Si vous êtes porteur d’une fragilité, vous relevez de la vaccination au rappel quel que soit votre âge.”

À la question de Gilles Bouleau sur une date éventuelle de suppression du passe sanitaire, Olivier Véran s’est refusé à évoquer tout calendrier : Nous faisons face à une recrudescence de l’épidémie, ce n’est certainement pas le moment de se poser la question ».

Dans son allocution du 9 novembre, le chef de l’État a évoqué la volonté de généraliser la dose de rappel de vaccin aux personnes âgées de 50 à 64 ans, dès le début du mois de décembre, posant la question de l’extension du passe sanitaire. « La question de l’intégration au passe sanitaire pour les 50-64 ans viendra en son temps, en fonction des conditions épidémiques », ​a affirmé Olivier Véran. Je ne tranche pas encore le sujet mais c’est une question légitime », a ​ajouté le ministre de la Santé avant de rappeler queplus de quatre personnes sur cinq dans les réanimations françaises aujourd’hui sont âgées de plus de 50 ans ».

Quant aux moins de 50 ans, les études nous montreront si les niveaux de protection conférés par le vaccin déclinent aussi quand on est plus jeune ou non ». « Si on voit que c’est le cas, on proposera le rappel, a-t-il dit. Pour cette tranche d’âge, Olivier Véran a rappelé que la vaccination n’était pas ouverte en rappel, sauf comorbidités. Si vous êtes porteur d’une fragilité, vous relevez d’une vaccination de rappel. Si vous avez le moindre doute, allez voir votre médecin.

Concernant la vaccination des enfants de moins de 12 ans, Olivier Véran a donné rendez-vous à la mi-décembre, lorsque l’Autorité européenne du médicament (EMA) aura rendu son avis sur le sujet. Il faut étudier si le rapport bénéfice risque justifie de l’autoriser ou non »,​a-t-il observé, avant de déclarer qu’il n’y aurait pas de décision sur le sujet avant la fin de l’année 2021, voire début d’année 2022 ».