Elle a été violemment projetée au sol vendredi, dans des circonstances encore floues. Trois lycéens ont été placés en garde à vue. La ministre chargée de la Citoyenneté a expliqué sur France info, avoir demandé la suppression de la vidéo des réseaux sociaux. Celle-ci montre une enseignante violemment bousculée par un élève.

enseignant

CREDIT : Photo capture d’écran Twitter

Publiée sur les réseaux sociaux et vue plus de 1,6 million de fois lundi, la vidéo montre un lycéen debout dans la salle de classe, écouteurs aux oreilles, masque au menton et attitude désinvolte à l’égard de son enseignante. “Écartez-vous, madame”, dit l’élève à l’enseignante qui se recule vers la porte d’entrée de la classe en lui intimant de “rester là”. Le lycéen enchaîne, plus véhément : “Eh le Coran, poussez-vous madame, wallah poussez-vous tout de suite”. “Vous êtes à l’école. Eh, ne me touchez pas”, répond l’enseignante. Le lycéen ouvre ensuite violemment la porte, projetant l’enseignante au sol.

Trois jeunes d’un lycée professionnel de Combs-la-Ville ont été placés en garde à vue lundi 11 octobre.

Il s’agit de “celui qu’on voit sur la vidéo et deux qui ont filmé”, a indiqué à l‘AFP la procureure de Melun Béatrice Angelelli, confirmant une information de la chaîne M6. Le principal mis en cause est majeur, les deux autres mineurs.

Invitée de France info ce lundi soir, Marlène Schiappa, ministre chargée de la Citoyenneté auprès du ministre de l’Intérieur, a expliqué avoir demandé la suppression de la vidéo montrant une enseignante violemment bousculée par un élève dans un lycée de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne.

« Un module psychologique de soutien a été mis en place par l’académie », l’enseignante « a été choquée », a déclaré Valérie Debuchy, directrice académique des services de l’éducation nationale dans le département sur BFM-TV