Un Conseil de défense se penchera prochainement sur une possible adaptation des restrictions liées au Covid-19 en fonction de l’évolution de l’épidémie dans chaque territoire alors qu’« on voit la situation s’améliorer », a indiqué dimanche le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal chez nos confrères de BFMTV.

10ème samedi de manifestations des « réfractaires » à la vaccination et anti-pass sanitaire

BFM TV

Un Conseil de défense se penchera prochainement sur une possible adaptation des restrictions liées au Covid-19 en fonction de l’évolution de l’épidémie dans chaque territoire alors qu’« on voit la situation s’améliorer », a indiqué dimanche le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal chez nos confrères de BFMTV.

Sur la table, le gouvernement pose l’idée d’un “pass sanitaire territorialisé” : “Il y a aujourd’hui près d’une trentaine de départements où le taux d’incidence est en dessous des 50 cas pour 100 000 habitants. Il s’agit de savoir si dans certains territoires, on peut adapter les choses”. Ce sera là, selon le ministre tout l’enjeu du Conseil de défense organisé mercredi 22 septembre prochain.

Faut-il pour autant s’attendre à une prise de décision rapide sur cette question ? Pas forcément : jeudi 16 septembre dernier, le président de la République avait explicitement exclu tout allègement du pass sanitaire dans les deux à trois prochaines semaines expliquant qu’il était “un peu trop tôt” pour réduire les mesures de contrôle de l’épidémie. C’est un peu le ton qu’a d’ailleurs employé le porte-parole du gouvernement ce dimanche, qui joue de prudence.

Mettant en avant un taux d’incidence « très faible » dans une trentaine de départements, avec moins de 50 cas pour 100 000 habitants, il s’est interrogé : « Est-ce que dans un certain nombre de territoires on peut adapter les choses ? Il y aura un Conseil de défense prochainement pour travailler là-dessus. Probablement mercredi prochain », a-t-il précisé.

Emmanuel Macron avait déjà évoqué jeudi une réflexion sur un allégement des restrictions, tout en se montrant prudent.

« Dès que les conditions sanitaires le permettront et, à mon avis, quand je vois les chiffres, ça ne va pas venir si tard », on pourra se « permettre, sur les territoires où le virus circule moins vite, de lever certaines contraintes et de revivre normalement », a promis le chef de l’État.

L’allègement des restrictions dans les départements les moins exposés au virus serait de toute façon actée avant l’échéance du 15 novembre, qui doit marquer la fin théorique du pass sanitaire en France.