L’idée d’un nouveau confinement effraie. Gabriel Attal a tenu à rassurer en excluant pour l’heure cette option. Même chose pour Olivier Véran, qui a accordé une interview à nos confrères de 20 Minutes : “Nous n’en sommes clairement pas là“, a déclaré le ministre de la Santé.

CREDIT  : © Radio France / Xavier Demagny

Six millions de Français n’ont toujours reçu aucune dose de vaccin contre le Covid-19. Face à la recrudescence du coronavirus, l’Autriche a décidé de reconfiner les non-vaccinés. Comment la situation peut-elle évoluer en France ?

“La majorité des Français sont protégés. Mais il reste une petite partie de Français vulnérables qui ne sont pas protégés et si cette population arrive dans un temps très court à l’hôpital, alors qu’il est déjà en grande difficulté, ça mettre une difficulté supplémentaire”, explique Martin Blachier.

L’inquiétude repose sur les patients vulnérables et âgés. Martin Blachier chiffre le nombre de Français âgés vulnérables entre 500 000 et 600 000 et le nombre de patients jeunes et âgés avec au moins une comorbidité autour de 2 millions. Selon l’Assurance-maladie, près de 15% des Français qui souffrent d’obésité n’ont toujours pas reçu la moindre dose de vaccin. Or les non-vaccinés sont douze fois plus nombreux que les vaccinés en soins critiques selon une étude de la Drees publiée le 4 novembre.

Pass vaccinal à la place du pass sanitaire ?
L’Académie de médecine y est par exemple favorable et “recommande depuis plusieurs mois la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal”. “Je pense que l’on pourrait aller un peu plus loin et passer comme les Autrichiens d’un pass sanitaire à un pass vaccinal”, qui n’admet plus comme condition d’obtention un test négatif, abonde l’épidémiologiste Martin Blachier, invité de Darius Rochebin vendredi 12 novembre chez nos confrères de LCI.

Le retour du couvre feu ?
Aux Pays-Bas, depuis le samedi 13 novembre, et ce, pour trois semaines, les bars, restaurants et magasins de première nécessité fermeront à 20 h, contre 18 h pour les magasins non essentiels.
La France n’avait pas hésité à mettre en place un couvre-feu en octobre 2020, entre 21 h et 6 h du matin.

Retour en masse du télétravail ?
Elisabeth Borne avait annoncé début novembre qu’un retour télétravail massif n’était “pas d’actualité”. Pourtant, la situation épidémique actuelle laisse penser qu’un rétropédalage serait possible. Les indicateurs poursuivent leur hausse ces dernières semaines.