Le gouvernement espagnol envisage de rétrograder le Covid-19 en maladie endémique, c’est-à-dire en la traitant comme une grippe saisonnière, une fois “l’ouragan Omicron” passé.

CREDIT :  pixabay

L’Espagne a pulvérisé ses records avec 180 000 nouveaux cas de Covid-19, mercredi. Un taux d’incidence à faire blêmir : jusqu’à 7 156 cas pour 100 000 habitants en Navarre… Des hôpitaux plus saturés que jamais, mais remplis de 40 % de patients positifs arrivés « avec le Covid » et non « à cause du Covid ». Car avec Omicron, les cas pullulent, mais s’avèrent moins graves. Et la situation reste gérable en soins intensifs.

Passer de la gestion d’une pandémie à celle d’une endémie. C’est ce que préconise la ministre de la Santé espagnole, Carolina Darias. Alors que la vague de contagions liée au variant Omicron paraît en voie de ralentissement dans la péninsule Ibérique, c’est le moment, selon elle, d’ouvrir la voie à un changement de stratégie.

Les autorités espagnoles réfléchissent à la mise en place d’un système semblable à celui utilisé pour la grippe afin de traiter le Covid : cesser de comptabiliser quotidiennement les nombres de morts et de nouveaux cas et développer un dispositif de surveillance chargé d’informer sur la propagation du virus.

Un peu de patience, suggère aussi Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale à l’Agence européenne des médicaments : Personne ne sait quand nous serons au bout du tunnel. Mais avec Omicron et l’augmentation de l’immunité dans la population, nous avançons rapidement vers un scénario plus proche » du Covid-19 comme banal virus.