Le ministre a annoncé jeudi soir dans un entretien chez le Parisien conclure un accord avec EDF, après avoir planché avec l’électricien sur une « solution complémentaire ».

CREDIT : Faut qu’on en parle !

Le gouvernement va demander à l’entreprise de vendre davantage d’électricité à bas prix à ses concurrents afin de tenir sa promesse de limiter la hausse de la facture d’électricité des Français à 4 % en 2022, malgré la flambée des cours, a annoncé jeudi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

“La hausse des prix de l’électricité ne dépassera pas 4% en 2022”, assure ce jeudi le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, chez nos confrères du Parisien. “Le gouvernement va demander à EDF de vendre davantage d’électricité à bas prix à ses concurrents, afin de tenir sa promesse”, a annoncé le ministre. “Entre une baisse de la fiscalité sur l’électricité et la solution trouvée avec EDF, la facture d’électricité des Français n’augmentera pas de plus de 4 % sur toute l’année 2022. C’est un effort considérable de l’État et d’EDF. Sans ces mesures, la hausse aurait été de plus de 35 % au 1er février 2022.”

Interrogé, le ministre de l’Economie assure que cet accord n’entraînera pas de rattrapage en 2023. “Il n’y aura pas de rattrapage conduisant à une nouvelle hausse en 2023. Ce sont l’État et EDF qui supporteront le coût de cette mesure.”

A quel tarif l’entreprise publique pourra-t-elle vendre cette électricité à ses concurrents ? “Avec Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, nous avons eu de longues négociations avec EDF (…) nous leur avons donc proposé de relever ce prix de vente de 42 à 46,20 euros/MWh, ce qui permet de réduire la facture pour EDF”, a détaillé Bruno Le Maire.