Elon Musk estime qu’il devrait être possible, dès 2022, d’implanter des puces dans le cerveau humain.

CREDIT  : Pixabay

C’est dans les lignes du Wall Street Journal qu’Elon Musk s’est laissé aller à cette petite confidence, mais avant de pouvoir démarrer ses premiers tests, Neuralink a évidemment besoin de l’aval des autorités compétentes américaines comme la FDA (Food and Drug Administration). « Nous espérons pouvoir implanter ce dispositif chez nos premiers humains, qui seront des personnes souffrant de graves lésions de la moelle épinière, comme des tétraplégiques ou des quadriplégiques », explique Elon Musk.
Nous donc voilà au parfum !

Le N1 Link est un dispositif à 1.024 canaux que Neuralink a fabriqué pour l’usage thérapeutique des patients. Une fois que le dispositif est implanté dans le cerveau d’un patient, il est censé transmettre des données de manière invisible via une connexion sans fil. Neuralink effectue depuis plusieurs années des essais sur des singes avec des résultats encourageants.

Cette puce est infiniment petite et, d’après Neuralink, si fine que des mains humaines ne peuvent les manipuler. C’est pourquoi la société développe en parallèle des robots capables de les placer à l’endroit exact du cerveau.

Une vidéo montre par exemple un singe nommé Pager capable de jouer au Pong simplement avec son esprit. Stupéfiant ! Cette puce fonctionne en implantant des électrodes dans la région du cerveau qui contrôle les mouvements avant de se connecter à un réseau plus large. Le système va ensuite traiter, stimuler et transmettre les signaux neuronaux pour contrôler les mouvements.

Il pense que le dispositif de Neuralink pourrait aider les personnes souffrant de graves lésions de la moelle épinière. À long terme, ces puces pourraient avoir des fonctionnalités encore plus épatantes.