A partir de 2022, les consultations chez les psychologues libéraux seront remboursées “pour toute la population” sur prescription médicale, a annoncé Emmanuel Macron, mardi 28 septembre en clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie.

Emmanuel Macron annonce le remboursement des consultations de psychologue sur prescription médicale

Emmanuel Macron aux Assises de la Santé mentale ce mardi. – BFMTV

A partir de 2022, les consultations chez les psychologues libéraux seront remboursées “pour toute la population” sur prescription médicale, a annoncé Emmanuel Macron, mardi 28 septembre en clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie.

Cette mesure était réclamée par les professionnels du secteur, après plusieurs expérimentations locales et la création d’un “chèque psy” pour les enfants en avril. Après un rapport favorable de la Cour des comptes et de premiers résultats contrastés, ministère et syndicats avaient entamé des négociations il y a un an, le point de crispation demeurant encore et toujours la rémunération.

Pour répondre à la forte demande de soins, l’Assurance-maladie remboursera donc dès l’an prochain des consultations de psychologues libéraux « pour toute la population à partir de l’âge de 3 ans ». Cette prise en charge se fera toutefois sous conditions : les patients devront être « adressés par prescription médicale dans le cadre d’un forfait de consultation », la première séance étant facturée 40 euros et les suivantes 30 euros chacune.

“Il y a beaucoup de psychologues qui vivent très bien de leur profession, a commenté Emmanuel Macron, et qui facturent des consultations bien supérieures, en termes de tarifs, à celles que je viens d’évoquer. Ils pourront continuer à exercer leur profession de la même manière.” Cette mesure de forfait de consultations est davantage destinée aux psychologues “qui n’arrivent pas à vivre de leur métier” et à ceux “qui ne peuvent accéder à des consultations auprès de psychologues si les tarifs ne sont pas encadrés”.

Huit cents postes seront créés dans les centres médico-psychologiques (CMP) « à partir de l’année prochaine » pour « réduire au maximum les délais d’attente », a également annoncé M. Macron. « Dans les territoires qui sont le plus en tension », ces délais d’attente sont actuellement « supérieurs à dix-huit mois, pendant lesquels évidemment la santé des personnes souffrantes se dégrade », a relevé le chef de l’Etat. Un autre effort budgétaire sera fait en matière de recherche, avec une enveloppe de 80 millions d’euros « dédiée à la santé mentale » dans le cadre du quatrième programme d’investissements d’avenir.