À trois mois de la présidentielle, Emmanuel Macron a souhaité jeudi 13 janvier une réforme «systémique» des universités, qu’il veut plus «professionnalisantes».

CREDIT : Capture Youtube LREM

En clôture du congrès de France Universités jeudi soir, le chef de l’Etat a regretté « l’intolérable gâchis » de l’échec en première année et appelé l’université à être « plus efficacement professionnalisante ».

Une université plus « professionnalisante« , « pilier de l’excellence« , c’est le but recherché, au contraire du système actuel « financé par l’argent public« , gui génère plutôt de la « précarité étudiante« , d’après le président de la République. Il souhaite une orientation des étudiants qui doit évoluer « pour mieux correspondre aux besoins de la nation« , afin d’éviter un « investissement à perte » dans les filières sans perspective d’emplois à la sortie des études.

L’Elysée confirme, vendredi 14 janvier, qu’« il n’est pas interdit d’avoir des financements privés a fortiori dans le cadre du développement de l’innovation et la création de start-up dans les universités, ou dans le cadre de la formation continue tout au long de la vie », deux leviers que le président de la République appelle à développer. Mais, promet-on, « l’Etat a investi dans l’université et continuera d’y investir ».

Manuel Tunon de Lara, président de la Conférence des présidents d’universités, rebaptisée France Universités, a lui réclamé une plus grande autonomie des établissements mais aussi un financement de l’enseignement supérieur «à la hauteur de nos ambitions».