Les studios Disney sont de retour ce mercredi 24 novembre avec un nouveau dessin animé, pleins de couleur et de magie.

CREDIT  : Disney

De la magie, une belle famille unie, des paysages magnifiques et de nouvelles chansons qui nous feront chanter sans fin… Le film d’animation des studios Disney promet d’être un vrai succès ! Sorti ce 24 novembre 2021, Encanto, est le dernier-né des réalisateurs Byron Howard (Zootopie, Raiponce) et Jared Bush (Zootopie).

Sur le plan narratif, Encanto semble assez simple : les membres de la famille Madrigal sont tous dotés de pouvoirs magiques (force surhumaine, don de guérison, capacité à parler avec les animaux…), qu’ils mettent au service de la communauté qui s’est établie autour de leur demeure, Casita, elle-même magique. Tous ont des pouvoirs, sauf Mirabel. Difficile, dans ces conditions et malgré toute la bonne volonté du monde, de ne pas jalouser sa famille !

On devine, bien sûr, que c’est ce vilain petit canard qui deviendra le plus beau des cygnes, sauvant sa famille de l’éclatement… Mais, sous ses dehors basiques, l’histoire diffère en fait assez du modèle habituel. Ici, pas d’aventure ni de péripéties en maints lieux (tout se passe au même endroit, la Casita, littéralement « petite maison ») et une multitude de protagonistes de premier plan. « On n’en a jamais eu autant à gérer, c’était extrêmement complexe », nous confirme d’ailleurs le producteur d’Encanto et désormais président des studios d’animation, Clark Spencer. Dès le numéro d’ouverture, on comprend que ce Disney musical ne ressemble pas tout à fait aux précédents.

Comme le veut la tradition des dessins animés Disney, le film est à la fois intemporel et actuel. Après plusieurs mois de pandémie, et de nombreux confinements, les relations sociales et familiales sont parfois abimées. “Il y a tellement de divisions, même au sein des familles”, estime Yvette Merino. Elle espère que ceux qui iront voir ce film se demanderont plus souvent au sujet de quelqu’un: “Je ne connais peut-être pas toute l’histoire de cette personne et je me base sur une seule conversation”. “Peut-être que cela aidera à ramener la communication”, conclut la productrice.