Face à la flambée des prix de l’énergie, Jean Castex a annoncé que les prix du gaz seraient bloqués jusqu’au mois d’avril. Le gouvernement va également limiter la prochaine hausse prévue des prix de l’électricité, qui doit avoir lieu en février 2022, à 4 %.

Energie : Jean Castex annonce un « bouclier tarifaire », la hausse des prix du gaz bloquée

CREDIT : TF1

Depuis plusieurs jours, la pression monte sur le gouvernement, conscient que ce bond de la facture énergétique « inquiète beaucoup les Français », a reconnu le porte-parole Gabriel Attal.

« Les Français n’ont pas à prendre de plein fouet cette augmentation des prix du gaz (…) Nous assurerons notre rôle de protection des Français face à la flambée des prix de l’énergie », a assuré ce jeudi Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, devant le Conseil national de l’hydrogène.

L’exécutif prévoit donc de bloquer le prix réglementé du gaz, qui concerne 5 millions de Français, jusqu’au printemps.

A partir d’avril, « le prix du gaz devrait dégringoler » sur les marchés. Cette baisse sera répercutée plus lentement dans les factures des consommateurs, afin de lisser l’augmentation du prix sur toute l’année. La hausse de 12,6 % toutes taxes comprises, effective dès vendredi, des tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie, sera la dernière appliquée.

Afin de faire face à ces hausses, le gouvernement avait pris les devants en annonçant le 15 septembre un versement exceptionnel de 100 euros en décembre pour les 5,8 millions de ménages qui bénéficient du chèque énergie.

Depuis plusieurs jours, opposition, syndicats et associations de consommateurs pressent l’exécutif de prendre des mesures plus énergiques. « Avec 600 euros [de plus] sur la facture de gaz, l’aide de 100 euros annoncée par le gouvernement n’est clairement pas à la hauteur de la gravité de la situation », a dénoncé le député écologiste (ex-LRM) Matthieu Orphelin.