Avec la crise Ukrainienne on se dirige tout droit vers un litre d’essence au dessus de 2 euros. Le baril de pétrole ayant dépasse les 100$ et pour le moment cela n’est pas près de s’arrêter !

CREDIT : Faut qu’on en parle !

Dans bon nombre de stations en ce dernier week-end de février, on frôle les 2€ le litre d’essence et plus de 1,85€ celui de diesel. La situation devient de plus en plus compliquée pour beaucoup de Français.

Nous avons interrogé pour vous plusieurs profils type de français.

A la rencontre d’Antoine, traiteur dans le Var:
« Personnellement j’ai besoin de rouler pour amener la marchandise chez mes clients, et aujourd’hui cela à un impact fort sur mes marges. dans les semaines qui viennent je vais être obligé de répercuter ce surcout sur mes clients. Plusieurs fournisseurs vont aussi répercuter ce cout sur mes matières premiers, c’est un effet domino ! Double peine pour les clients cat moi je paye plus cher mon gasoil et je dois refacturer ce cout mais du fait que je paye plus cher aussi ma marchandise je dois augmenter mes prix ! »

Céline, aide-soignante à Nice:
« Je roule tous les jours 38km pour me rendre à l’hôpital ou je travaille, je n’ai pas un salaire extensible, la prime qu’on m’a versé de 100e ne suffit plus pour absorber cette augmentation de prix, j’ai vraiment peur de plus pouvoir me rendre au travail avec cette guerre qui a éclaté en Ukraine. J’espère que notre gouvernement va faire quelque chose en faveur du pouvoir d’achat. Je ne comprends pas pourquoi ils ne baissent pas les taxes sur la pétrole »

Pour le moment nous n’avons pas encore atteint le record du prix du pétrole, pour mémo c’était en 2008 autour de 140 dollars (125 €),  juste avant la crise financière mais le prix à la pompe n’était pas aussi élevé, entre temps certaines taxes one augmentés, ce qui alourdi le prix à la pompe.