Le gouvernement compte répondre aux difficultés de recrutement du secteur grâce à cette mesure.

CREDIT : AFP – PASCAL GUYOT

Le gouvernement tente de répondre aux difficultés de recrutement du secteur du médico-social. Les revalorisations salariales accordées lors du Ségur de la santé vont être étendues à quelque 20 000 soignants supplémentaires, salariés des établissements pour personnes handicapées financés par les départements, a annoncé le Premier ministre Jean Castex, lundi 8 novembre, lors d’un déplacement dans une maison d’accueil spécialisée à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

« Il n’est pas concevable de conserver ces inégalités de traitement entre deux soignants exerçant le même métier », au seul prétexte que leurs établissements respectifs ne sont pas financés de la même manière, a justifié Jean Castex.

Le secteur, qui comporte l’aide aux personnes âgées et handicapées, aux sans-abri ou aux enfants en danger, met en garde depuis plusieurs mois sur ses difficultés de recrutement. Les hausses de rémunération de 183 euros par mois, qui avaient été octroyées en 2020 et accordées aux personnels des hôpitaux et des maisons de retraite, n’ont été étendues que progressivement et partiellement à d’autres secteurs. Une disparité de traitement qui pourrait expliquer la pénurie de personnel.

Les revalorisations en faveur des établissements pour personnes handicapées financées par la Sécu interviendront dès ce mois de novembre et non, comme prévu initialement, le 1er janvier, a annoncé Jean Castex, pour un coût de 60 millions d’euros.

L’exécutif va aussi lancer une campagne de communication pour « attirer de nouveaux professionnels au service des personnes handicapées » et organisera avant le 15 janvier une « conférence des métiers de l’accompagnement social et médico-social ».

Handicap et maladies rares : bientôt les traitements miracles ? C’est notre prochaine enquête dans #fqep le vendredi 26 novembre à 21h.