La situation du centre hospitalier de la Dracénie à Draguignan devient critique, faute de personnel. Dès le vendredi 29 octobre, les urgences n’accueilleront plus de public entre 20h30 et 8h30.

CREDIT : Philippe Arnassan

Après des mois de crise sanitaire, des salaires à peine revalorisés et de meilleures conditions de travail longtemps espérées, les ressources humaines de l’hôpital sont plombées.

Le centre hospitalier de la Dracénie va traiter la nuit, dès vendredi et pour au moins 5 semaines, les seules urgences vitales. Le centre 15 va décider d’orienter le patient vers la meilleure structure de santé qui pourra le prendre en charge.

Une situation temporaire, pour permettre aux équipes de souffler et rouvrir dans de bonnes conditions”, assure la directrice du Centre hospitalier de la Dracénie, Caroline Chassin. “Aujourd’hui, l’équipe est composée de six urgentistes alors que pour fonctionner dans de bonnes conditions, il en faudrait 16“.

Par exemple, depuis des mois, le docteur Frédérique Dewaguet, médecin urgentiste au centre hospitalier de La Dracénie, enchaîne les gardes en 24 heures, un jour sur deux. Un rythme qui n’est plus tenable. “On a donné de nous-mêmes pendant toutes ces vagues successives de Covid pendant un an et demi. Certains praticiens ont quitté l’établissement. On se retrouve en sous-effectif cruel”, souligne-t-elle dans le reportage de TF1.

A tous les médecins qui souhaitent travailler à Draguignan, la porte est grande ouverte pour le plus grand soulagement du personnel soignant mais aussi des habitants !