Presque un mois après son lancement, le télescope spatial James-Webb a atteint son orbite finale, à 1,5 million de kilomètres de la Terre, depuis laquelle il pourra notamment permettre d’observer les premières galaxies de l’Univers, a confirmé la NASA ce lundi 24 janvier.

CREDIT : Nasa

Il a activé ses propulseurs à environ 20 heures afin d’atteindre le point de Lagrange 2 ou « L2 », idéal pour observer le cosmos. « Bienvenue à la maison, Webb !, s’est exclamé le patron de l’agence spatiale américaine, Bill Nelson, dans un communiqué. Nous avons fait un pas de plus vers la mise au jour des mystères de l’Univers. Et j’ai hâte de voir les premières nouvelles images de l’Univers par Webb cet été ! »

Lorsqu’un engin est placé sur un point de Lagrange de la Terre, il tourne autour du Soleil à la même vitesse que notre Planète, ce qui lui permet de garder une distance fixe tout au long de l’année, contrairement aux autres planètes par exemple, qui se rapprochent puis s’éloignent périodiquement, jusqu’à être diamétralement à l’opposé du Soleil par rapport à nous.

Le point L2 possède un avantage supplémentaire, c’est un point situé dans l’axe Terre-Soleil, et du côté éloigné du Soleil par rapport à la Terre. Comme il est parfaitement dans l’axe, la Terre éclipse notre étoile et permet de réduire grandement le rayonnement reçu par le bouclier thermique et les instruments d’observation, le télescope est ainsi plongé perpétuellement dans l’obscurité.