Le comité consultatif national d’éthique (CCNE) doit rendre ce jeudi son avis sur la vaccination anti-Covid de tous les enfants entre 5 et 11 ans, a indiqué ce lundi 13 décembre une source gouvernementale.

CREDIT  : illustration

Le gouvernement envisage d’étendre la campagne à tous les enfants sur la base du volontariat, à condition de recevoir des avis favorables du CCNE mais aussi de la Haute autorité de santé, qui sont imminents.

Mardi 14 décembre, 1,9 millions de doses pédiatriques vont partir de l’usine de Puurs, en Belgique, vers 115 points de livraison français.

« On finira par y aller », prédit ainsi un poids-lourd du gouvernement qui n’a « aucun doute » sur le fait que les feux seront bientôt tous au vert. Alors que 90 % de la population âgée de 12 ans et plus a reçu au moins une dose de vaccin, le même dit savoir « par avance que l’on aura un taux de vaccination plus faible » en raison du caractère « inflammable » du sujet.

Le vaccin de Pfizer sera le même que celui pour les adultes, avec une dose toutefois moins importante : 10 microgrammes dans le vaccin pédiatrique, contre 30 pour les adultes. Seuls les généralistes et pédiatres pourront vacciner les enfants. Mais certains craignent de ne pas pouvoir dégager assez de temps pour ces nouveaux patients. La vaccination pour enfants doit se faire en deux injections, à trois semaines d’intervalle.

Dans un avis publié le 6 décembre, le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a de son côté considéré que « les indications de la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans paraissent réunies ». Il conditionne néanmoins sa mise en place à l’obtention de données « en vie réelle » afin d’assurer « que la balance bénéfice-risque est favorable », ce qui pourrait intervenir après l’obtention des données américaines, « possiblement dès fin décembre ».

Le conseil scientifique précise que concernant la stratégie dans les écoles, il évoque un contrôle par le dépistage systématique, qui « pourrait être plus efficace, bien que difficile au plan opérationnel, et présenterait l’avantage de dépister les asymptomatiques et présymptomatiques ».

Depuis le début du mois, la Suisse, l’Espagne ou encore le Portugal ont autorisé la vaccination des 5-11 ans.