Après sa flambée en 2020 du fait de la crise sanitaire, le ratio de dette publique a amorcé un léger recul l’an dernier, atteignant 112,9% du PIB.

CREDIT : Pixabay

La dette publique de la France au sens de Maastricht a diminué de 20,1 milliards d’euros à la fin du quatrième trimestre de 2021 par rapport au trimestre précédent, à 2.813,1 milliards d’euros, a annoncé mardi l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

« Le rebond du produit intérieur brut (PIB) en 2021, combiné au désendettement de ce trimestre », a ainsi permis à la dette publique de baisser à 112,9% du PIB fin 2021, a indiqué l’Insee. Elle s’établissait à 116,3% du PIB à la fin du troisième trimestre.

Les comptes publics ont un peu meilleure mine en 2021, cela s’explique essentiellement par le fort rebond de 7 % l’économie française après la récession historique de 8 % subie par la France en 2020 à cause de la crise sanitaire provoquée le Covid-19.

Le déficit public a atteint 160,9 milliards d’euros, contre 205,5 milliards fin 2020.

Sur l’année, les dépenses des administrations publiques (État, collectivités et Sécurité sociale) ont quant à elles augmenté de 4 %, soit +57,1 milliards d’euros. Elles représentent ainsi 59,2 % du PIB, se maintenant ainsi « au-delà de leur niveau d’avant crise », note l’Insee.**

Pour mémo, en 2019, avant la crise sanitaire, la dette s’affichait à 97,6% du PIB et le déficit à 3,1%.