Dans un avis publié vendredi 19 novembre, la Haute Autorité de santé (HAS) a recommandé l’administration d’une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 pour tous les adultes âgés de 40 ans et plus.

CREDIT  : © Radio France – Noémie Guillotin

L’élargissement, en France, du rappel de vaccin contre le COVID-19 aux moins de 50 ans sera étudié prochainement, a déclaré sur Twitter le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Cette dose de rappel doit être administrée six mois après avoir complété son premier schéma vaccinal, et être réalisée avec un vaccin à ARN messager, comme ceux proposés par Pfizer et Moderna, précise l’organisme. En déplacement dans les Hauts-de-France, Emmanuel Macron avait plus tôt indiqué que le gouvernement se rangerait derrière l’avis de la HAS pour poursuivre la campagne de vaccination.

Plus tôt dans la journée, interrogé en marge d’un déplacement dans le Nord sur la généralisation de cette dose de rappel, le chef de l’Etat a répondu que l’exécutif attendait l’avis des autorités sanitaires pour pouvoir, « éclairé par la science », « organiser les choses de la manière la plus rapide, la plus efficace possible ». « On s’aperçoit qu’environ après six mois, le vaccin perd en efficacité et donc il faut à ce moment-là faire ce rappel comme on le fait chaque année pour la grippe », a affirmé M. Macron.

La France, comme le reste de l’Europe, fait face à une remontée des cas de contaminations au coronavirus. Vendredi, 1 353 patients étaient hospitalisés en soins critiques en raison du Covid-19, un chiffre en hausse de 19 par rapport à jeudi. Par ailleurs, près de 11 500 nouveaux cas positifs, en moyenne, sont enregistrés chaque jour.