Société Générale cesse ses activités de banque et d’assurance en Russie, et annonce la signature d’un accord en vue de céder la totalité de sa participation dans Rosbank ainsi que ses filiales d’assurance en Russie à Interros Capital, le précédent actionnaire de Rosbank.

CREDIT :  Une agence de la Société Générale à Paris /  CC – Mohamed Yahya

L’impact de la cession de Rosbank et des activités d’assurance en Russie sur le ratio de capital CET du Groupe devrait être d’environ 20 points de base sur la base de la valeur patrimoniale au 31 décembre 2021.

Cela résulterait principalement de l’impact de la dépréciation de la valeur nette comptable des actifs cédés, très largement compensée par, d’une part, la déconsolidation de l’exposition locale sur la Russie (~15,4 milliards d’EAD au 31 décembre 2021) et d’autre part, un versement en faveur de Société Générale incluant notamment le remboursement par l’acquéreur de la dette subordonnée accordée par Société Générale à sa filiale.

Après cette annonce, l’action de la banque française Société générale a bondi de près de 5% ce lundi matin.

En 2021, les activités de sa filiale Rosbank ont représenté pour la Société Générale 2,8% de son produit net bancaire total (équivalent du chiffre d’affaires) et 2,7% du résultat net.

Société générale souligne que la transaction «envisagée» reste soumise à l’approbation des autorités compétentes en matière réglementaire et de droit de la concurrence, et que sa finalisation «devrait intervenir dans les prochaines semaines». Dans ses comptes, cette cession «devrait conduire à un impact négatif de 3,1 milliards d’euros, soit 2 milliards de dépréciation et 1,1 milliard d’élément exceptionnel».

Sur son site Internet, Rosbank revendique 5 millions de clients particuliers, 78.000 clients dans les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME) et 9.000 clients dans les grandes entreprises.