Quand pourra-t-on lever les restrictions sanitaires sans risque de reprise épidémique ? Jusqu’à quand faut-il imposer le pass sanitaire ? Dans son dernier avis rendu public jeudi soir, le Conseil scientifique a étudié tous les scénarios possibles.

LP/Delphine Goldsztejn

Dans son dernier avis rendu public jeudi 7 octobre, le Conseil scientifique préconise une sortie du pass sanitaire après une période de “préparation”, entre le 15 novembre et la fin d’année.

Cette phase de “préparation” permettra “la poursuite de la vaccination des personnes les plus âgées et à risque (primovaccination et 3ème dose qui doivent être accélérées) et de mieux évaluer l’impact de la vaccination sur l’infection à moyen terme”, écrit le Conseil scientifique. Cette phase “permettra également de mieux analyser l’impact du refroidissement climatique à l’automne”, qui pourrait être plus propice à la transmission du virus.
Cela donne du temps en plus pour vacciner les plus âgés qui ne le sont toujours pas, soit 14% des plus de 80 ans, et continuer d’administrer la troisième dose aux plus vulnérables.

Comment lever l’utilisation du pass?
Pas question de fonctionner par région ou département, ce qui risquerait d’être vécu comme une injustice dans certains territoires d’après le Conseil scientifique. Il propose à la place d’alléger le pass, de ne plus l’imposer sur les terrasses, dans les centres commerciaux ou les trains, mais de le maintenir dans les bars, les boîtes de nuit ou à l’intérieur des restaurants.

Le Conseil émet aussi des inquiétudes sur le suivi de l’épidémie après le déremboursement des tests à partir du 15 octobre, mais aussi sur le retour des bronchiolites à l’hôpital et des autres virus de l’hiver qui pourraient saturer les services de soins alors que les soignants sont fortement éprouvés par le Covid.