Le controversé Didier Raoult, chantre de l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, doit être entendu vendredi matin par la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine à Bordeaux

Crédit : Pfizer

Cette chambre, présidée par un magistrat administratif, peut décider de sanctions contre l’infectiologue marseillais allant d’un simple avertissement à une radiation.

Une décision est attendue entre 15 jours et huit semaines après l’audience.

À l’automne 2020, le conseil départemental de l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône avait engagé des poursuites contre le professeur, qui dirige l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU) à Marseille.

Il lui reprochait plusieurs entorses au code de déontologie liées notamment à la promotion de l’hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19, malgré l’absence d’effet prouvé aujourd’hui encore.

Plusieurs études réalisées par l’IHU pour appuyer l’intérêt de ce traitement ont été fustigées par de nombreux scientifiques pour leur méthodologie et leurs conditions de réalisation. Le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) s’était associé à ces poursuites en déposant à son tour une plainte fin décembre.

Il lui reprochait plusieurs entorses au code de déontologie liées notamment à la promotion de l’hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19, malgré l’absence d’effet prouvé aujourd’hui encore.

Plusieurs études réalisées par l’IHU pour appuyer l’intérêt de ce traitement ont été fustigées par de nombreux scientifiques pour leur méthodologie et leurs conditions de réalisation.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) s’était associé à ces poursuites en déposant à son tour une plainte fin décembre.