Ces primes prévues dans le cadre du plan 1 jeune1solution de 5000 euros pour un mineur et de 8000 pour un majeur, peuvent permettre de rendre le coût de la première année quasi nul pour l’employeur après le recrutement d’un jeune.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Etudiante au travail  – CREDIT : Pixabay

Ces aides seront prolongées « au moins jusqu’à la fin de l’année. Ensuite cela dépendra de la loi de finances pour 2023 puisque l’ancien ministre du Budget que je suis peut rappeler que les aides sont votées année par année dans les budgets », a précisé M. Dussopt.

Grâce notamment à ces primes, l’apprentissage a connu un essor, avec 718 000 contrats signés en 2021, soit une hausse de 37% après déjà 42% en 2020.

Mises en place en juillet 2020 dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution », ces aides provisoires aux entreprises pour l’embauche d’alternants ont déjà été prolongées deux fois et devaient prendre fin au 30 juin 2022.

Pas étonnant que le nouveau gouvernement d’Elisabeth Borne souhaite prolonger une formule qui marche. « Il faut viser le million d’apprentis », avait martelé Emmanuel Macron début mars lors de son premier déplacement de campagne.