De plus en plus, les centrales nucléaires font face à un nouvel ennemi, la méduse. Des bancs de méduses bloquent de plus en plus fréquemment les entrées d’eau de refroidissement de réacteurs. Le réchauffement climatique et la surpêche en sont la cause.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Méduses  – CREDIT : Pixabay

Début avril, deux réacteurs sud-coréens ont dû fermer en raison de salpes coincées dans le circuit de refroidissement. Ces organismes gélatineux, qui mesurent entre 1 et 10 centimètres de long, se sont agglutinés sur le filtre du circuit et l’ont bouché pendant plusieurs jours. Celles-ci ressemblent aux méduses en raison de leur consistance et de la façon dont elles se déplacent.

Selon Bloomberg, il s’agit du deuxième incident de ce type en autant de semaines. Et la Corée du Sud n’est pas la seule concernées : en 2012, une centrale nucléaire en Californie a également été contrainte de fermer à cause de ce problème.

Qu’il s’agisse d’algues, de méduses ou de poissons, ces types d’événements ont tendance à augmenter. Cependant, certains pensent que le réchauffement climatique pourrait jouer un rôle dans ce phénomène. La reproduction des méduses n’est pas le seul problème causé par le changement climatique. En France, les canicules ont souvent obligé EDF à arrêter ses centrales nucléaires pour ne pas dépasser les seuils de température autorisés pour les rivières utilisées pour le refroidissement.