« Le G7 tout entier s’est engagé aujourd’hui à interdire ou supprimer progressivement les importations de pétrole russe », a annoncé ce dimanche 8 mai la Maison Blanche dans un communiqué.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Puis de pétrole – CREDIT : Pixabay

Le G7 tenait dimanche, en visioconférence, sa troisième réunion de l’année, avec la participation du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Cette décision «va porter un coup dur à la principale artère irriguant l’économie de (Vladimir) Poutine et le priver des revenus dont il a besoin pour financer sa guerre» contre l’Ukraine, affirme l’exécutif américain.

Les Occidentaux font preuve jusqu’ici d’une très étroite coordination dans leurs annonces de sanctions contre la Russie, mais n’avancent pas au même rythme quand il s’agit de pétrole et de gaz russe.

Ce sevrage se fera «d’une manière appropriée et raisonnée», écrivent les chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G7 dans leur communiqué final, qui ne précise toutefois pas quels engagements exactement a pris chacun d’eux, à savoir l’Allemagne (qui en a la présidence cette année), le Canada, les Etats-Unis, la France, l’Italie, le Japon, et le Royaume-Uni.

En parallèle de la réunion du G7, les Etats-Unis ont asséné de nouvelles sanctions contre le régime de Vladimir Poutine en visant les médias et l’accès aux services de conseil et comptabilité. Des sanctions seront également prises contre 2600 personnalités russes et bélarusses.