La défaite a été dure a digérer pour des supporters radicaux de l’ASSE, le terrain a été envahi par des milliers de supporters en colère.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Stade Geoffroy Guichard – CREDIT : Wikimedias Chabe01

La relégation de Saint-Etienne en Ligue 2 a provoqué de choquantes scènes de chaos, dimanche soir à l’issue du barrage à Geoffroy-Guichard.

Les forces de l’ordre ont pénétré aussi sur le terrain et lancé des lacrymogènes pour disperser la foule, pendant que des mouvements de panique agitaient les tribunes.

Selon la Préfecture, au moins deux joueurs de l’AJA, 17 supporters et 14 policiers ont été blessés lors de ces incidents. Saint-Etienne a publié un communiqué tard dans la soirée pour condamner ces évènements.

Les 1.154 supporters auxerrois puis les joueurs ont pu quitter le stade à partir de minuit sous escorte policière alors que le car de l’AJA a été la cible de projectiles.

La préfecture de la Loire a fait part d’un communique :

« Les forces de l’ordre prépositionnées sur le terrain ont pu intervenir immédiatement et procéder ainsi sans délai à l’évacuation des individus responsables de
cette intrusion.

Des échauffourées entre supporters de l’ASSE et les forces de l’ordre se sont poursuivies à l’extérieur du stade. L’usage de gaz lacrymogène et d’un engin
lanceur d’eau a permis la dispersion de la plupart des fauteurs de troubles.

Environ 200 d’entre eux poursuivent actuellement leurs exactions autour du stade.

On recense 2 blessés légers parmi les forces de l’ordre et 17 blessés légers parmi les supporters, dont 3 ont été conduits à l’hôpital pour contrôle. Catherine Séguin, préfète de la Loire, condamne avec la plus grande fermeté ces actes inacceptables, irresponsables et indignes de la part d’une minorité
d’individus se prétendant supporters de l’ASSE, mais qui sont tout simplement des voyous.

Elle adresse son plein soutien aux forces de l’ordre et les remercie de leur mobilisation efficace et constante.

250 effectifs de police et de gendarmerie étaient mobilisés pour cette rencontre. »