Emmanuel Macron a passé ce lundi 24 janvier dans le département de la Creuse, avant d’aller en Haute-Vienne le lendemain. Quelques jours seulement après sa journée dédiée à l’Europe, il a repris place dans la politique nationale, comme il l’avait fait dans le Cher et l’Allier début décembre.

CREDIT : Capture Youtube

La désertification médicale est un enjeu majeur pour le département de la Creuse, l’un des départements les plus touchés en France, au même titre que la Lozère, l’Indre ou la Nièvre. Avec seulement 90 médecins généralistes pour 117.000 habitants, le département cherche des solutions pour attirer des praticiens. Parmi les solutions trouvées, 11 maisons médicales ont été créées sur le territoire.

Emmanuel Macron n’était pas de la visite de l’une d’elles, celle de Bourganeuf, contrairement au programme initial. C’est le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui fait la visite seul.

Par ailleurs, il a répondu à un élève d’un lycée agricole : « J’annoncerai ma décision en temps voulu », « réponse au prochain épisode! »

Emmanuel Macron est resté évasif sur sa candidature à la présidentielle 2022, lors d’une visite consacrée au bilan de ses actions pour le monde rural.

« Je vais continuer à me battre jusqu’au bout car on a encore beaucoup de choses à faire. Si tout avait été réglé… Ce n’est pas le cas! », a-t-il lancé en souriant, en rencontrant les élèves du lycée agricole d’Ahun, près de Guéret.

Accompagné de quatre ministres, il a salué agriculteurs et élèves, avec un détour devant une imposante vache limousine qui fera le voyage au Salon de l’agriculture en février, avant d’expliquer que son gouvernement s’était battu pour rehausser les revenus agricoles.