C’est sans doute l’un des plus grands mystères criminels de la région Grenobloise qui a été résolu par les gendarmes de la section de recherches de Grenoble ces dernières heures.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Police – CREDIT : Faut qu’on en parle !

Un homme de 56 ans a été interpellé et mis en examen en début de semaine pour « enlèvement », « séquestration » et « meurtre », dans le cadre de l’affaire Marie-Thérèse Bonfanti.

Marie-Thérèse Bonfanti, âgée de 25 ans à l’époque, est portée disparue depuis le 22 mai 1986 en Isère. Ce jour-là, la jeune femme venait de livrer des journaux dans un immeuble de Pontcharra. La pile de journaux gratuits qu’elle distribuait avait été retrouvée dans le couloir de l’habitation. Mais la mère de famille, elle, s’était proprement volatilisée. Des témoins, deux employés de la SNCF qui travaillaient dans la gare voisine, disent avoir entendu un cri en provenance de la Maison Chatain.

Une première enquête menée s’était soldée par un non-lieu, même si la justice avait la conviction que la mère de famille avait été enlevée.

Ce dossier, refermé en 1988, avait été rouvert en novembre 2020 par le parquet de Grenoble par le biais d’une information judiciaire contre X pour “enlèvement” et “séquestration”.

L’enquête, menée sous la direction d’un juge d’instruction, et confiée au groupe « cold case » de la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble, se poursuit.