L’équipe d’Éric Zemmour présente l’arrivée tant attendue de Marion Maréchal, ancienne députée FN du Vaucluse, comme un « tournant ».

CREDIT : CC – Remi JDN

En déclin dans les sondages, Eric Zemmour perd deux points depuis le début du conflit ukrainien, d’après l’institut Ipsos, pour la Fondation Jean-Jaurès, le Cevipof et Le Monde. L’ancien polémiste récolte 13% des intentions de vote et est talonné par Jean-Luc Mélenchon, en forte hausse. L’insoumis récolte 12% d’intentions de vote et gagne 3 points en un mois.
Le candidat de Reconquête! compte sur ce soutien pour trouver un nouvel élan.

« Je rejoins le candidat que je considère aujourd’hui être le mieux placé pour mener les idées que j’ai toujours défendues à la victoire. Je viens en alliée dans ce grand rassemblement des droites qu’il appelle de ses vœux, et dont sa campagne dessine déjà les contours. Et, je l’espère, demain dans le cadre d’une majorité présidentielle », a-t-elle déclaré au média Valeurs actuelles dans une interview.

Interrogée sur sa préférence pour Éric Zemmour plutôt que Marine Le Pen, celle qui fut députée pour le Front national entre 2012 et 2017 a estimé que l’écart dans les sondages entre les deux figures d’extrême droite était « peu significatif sur le plan politique. Parce que la politique n’est pas une photographie de chiffres, c’est de la dynamique ». Elle a par ailleurs affirmé faire un choix « idéologique » et soutenir le « combat civilisationnel » qui est la priorité du candidat de Reconquête.

Ce ralliement fait suite à celui de plusieurs cadres du Rassemblement national. Ces dernières semaines, les eurodéputés Gilbert Collard et Nicolas Bay, ou encore le sénateur Stéphane Ravier avaient annoncé quitter le parti de Marine Le Pen pour rejoindre Éric Zemmour dans sa candidature à l’élection présidentielle.