2022 est une année à méduses.  Il est facile de les signaler et de ne pas se faire piquer. On vous explique comment !

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Méduse – CREDIT : Faut qu’on en parle

Le site d’Acri ST, société basée à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes) propose une carte d’observation de méduses en Méditerranée. Sur cette carte, tout le monde peut indiquer la présence ou non d’une méduse tout au long des côtes provençales, azuréennes et corses, dans les dernières 48 heures. Pour ce faire, il suffit de remplir un questionnaire d’observation.

Si vous venez d’être piqué, voici que faire :

  • Surtout ne pas frotter la zone piquée.
  • Ne pas mettre d’alcool.
  • Ne pas rincer à l’eau douce.
  • Rincer à l’eau de mer.
  • Oter à l’aide d’une pince les fragments restés sur la peau.
  • En cas de piqûre sévère, le venin peut être neutralisé avec du vinaigre ou de l’eau de mer chaude.
  • Contre la douleur : un antalgique type paracétamol.

La légende qui dit de faire pipi sur la piqure de méduses ? Sur la base de 80 études sur les traitements à appliquer en cas de piqûres de méduse, une équipe de l’Institut flamand de la mer a tranché la question en 2016. C’est non ! Au contraire, la miction pourrait intensifier la douleur.

Contrairement aux idées reçues, les méduses aiment les eaux à 13-14°C, et ne survit pas longtemps dans les eaux à 24-25°C. De très grosses concentrations sont souvent observées en hiver quand l’eau est la plus froide de l’année, mais … il y a peu de monde pour s’en rendre compte. Leur présence constante depuis un mois s’explique en partie par un système de vent qui souffle, en gros, du sud vers le nord. Ces méduses effectuent des migrations verticales la nuit. Et lorsqu’elles sont prises par un vent soufflant de la mer vers la terre alors elles se retrouvent poussées à la côte.