Jean-Luc Mélenchon a estimé mercredi que sa présence au second tour de la présidentielle, devient crédible par plusieurs sondages récents, et que cela serait « un événement énorme ».

CREDIT : Cancillería del Ecuador from Ecuador

« Si vous ne m’y mettez pas (au second tour), la retraite à 60 ans, le blocage des prix et le SMIC à 1.400 euros » ne seront pas dans le débat, a insisté le député des Bouches-du-Rhône.

« Si le second tour c’est Macron – Mélenchon, c’est là que se posent des questions tranchées », a-t-il jugé. Tandis que « s’il y a un candidat d’extrême droite en face (du président sortant), il ne va pas aller le chercher sur les retraites ou l’école, car ils sont d’accord ».

Jean-Luc Mélenchon n’a pas « voulu fanfaronner » : « Beaucoup de choses se jouent à la fin » et « ce sera difficile pour moi jusqu’au bout ».

Chez nos confrères de RMC, dans Apolline Matin ce mercredi, Eric Coquerel (La France insoumise) a appelé Fabien Roussel (Parti communiste) à s’unir avec Jean-Luc Mélenchon.

Ils veulent absolument débattre avec Macron qui est pressenti, à ce jour, fortement pour être au second tour de l’élection présidentielle.