Depuis deux ans, Meta (Facebook) met au point un superordinateur dont la puissance de calcul atteindra, à terme, quelque 5 exaflops.

Pour comparaison, l’actuel supercalculateur le plus rapide du monde se trouve au Japon, s’appelle Fugaku, et est doté d’une puissance de 0,4 exaflops.

CREDIT : Meta – AI Research SuperCluster

Baptisé AI Research SuperCluster (ou RSC pour les intimes), ce superordinateur, mis en projet avec l’idée de fournir à l’entreprise une puissance de calcul phénoménale pour ses recherches en matière d’intelligence artificielle (IA), pourrait finalement avoir une utilité différente, avec la réorientation de Meta vers le metaverse. En effet, les ambitions de Mark Zuckerberg sont énormes concernant ce « nouvel Internet » fait d’avatars et de mondes 3D interconnectés, devant brouiller les frontières entre réel et virtuel.

Cette infrastructure rassemble 6 080 cœurs de calcul GPU de type Nvidia A100 interconnectés par un réseau InfiniBand 200 Gb/s et dotés de 231 pétaoctets de stockage Flash. Et ce n’est pas fini. D’ici à mi-2022, Meta compte atteindre les 16000 cœurs de calcul, ce qui en ferait « le supercalculateur IA le plus rapide au monde », avec une puissance de calcul « d’environ 5 exaflops en précision mixte ».

Car avec une telle puissance de calcul à disposition, Facebook se dote d’une arme redoutable pour accélérer ses recherches et développements, améliorer ses outils de détection et de modération, tout en traitant une quantité phénoménale de données pour perfectionner le fonctionnement de ses sites et services. Une machine cruciale pour inventer de nouvelles expériences dans le metaverse, en s’appuyant sur les capacités de l’IA.

Ce supercalculateur sera également l’un des principaux outils de Meta pour construire le futur métavers, cet univers virtuel qui — selon l’entreprise — devrait remplacer l’internet actuel et « où les applications et les produits basés sur l’IA joueront un rôle important ». Grâce aux énormes capacités de calcul de RCS, Meta espère pouvoir créer « les technologies fondamentales qui feront fonctionner le métavers ».