Les services de renseignement semblent croire à une attaque terroriste ; la police n’exclut pas le geste d’un déséquilibré.
norvege

Crédit photo : TERJE BENDIKSBY / AP

L’homme de 37 ans qui a avoué être l’auteur d’une attaque à l’arc en Norvège, qui a fait cinq morts et trois blessés jeudi, a été placé en détention provisoire, vendredi 15 octobre, pour quatre semaines, sur fond de questions grandissantes sur son état mental. La police de Kongsberg a été alertée mercredi, à 18 h 13, par des témoins, ayant vu un homme, armé d’un arc et de flèches, tirer sur des passants, près d’un supermarché, provoquant des scènes de panique. Le suspect a été interpellé trente-quatre minutes plus tard. Selon les forces de l’ordre, il portait également « d’autres armes » et il a tué plusieurs des victimes chez elles. Il s’agit de quatre femmes et d’un homme, âgés de 50 à 70 ans.

De nationalité danoise, M. Brathen a grandi en Norvège et passé l’essentiel de sa vie adulte à Kongsberg, ville de 25 000 habitants dans le sud-ouest de la Norvège, où il a commis l’attaque. Une juge doit se prononcer vendredi sur son placement en détention provisoire, sans présence physique du suspect.

Si les attaques portent la marque d’un « acte terroriste », selon elles, les autorités norvégiennes n’excluent pas non plus la possibilité de troubles mentaux.

Plusieurs projets d’attentats islamistes ont été déjoués en Norvège dans le passé. Mais le pays a été endeuillé par deux attaques d’extrême droite au cours des dix dernières années. Le 22 juillet 2011, Anders Behring Breivik avait tué 77 personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit morts, avant d’ouvrir le feu sur un rassemblement de la Jeunesse travailliste sur l’île d’Utoya, faisant 69 autres victimes.

En août 2019, Philip Manshaus avait tiré dans une mosquée des environs d’Oslo, avant d’être maîtrisé par des fidèles, sans faire de blessé grave.