Interrogé chez nos confrères de France Inter, Olivier Véran pense que le variant Omicron va saturer les hôpitaux.

CREDIT : Olivier Véran le 3 janvier 2022 chez France Inter – Capture Twitter France inter

Par ailleurs, il indique que :

« On fait face à deux menaces distinctes : le risque avec Omicron, c’est un risque de saturation des lits d’hospitalisation conventionnels. Le deuxième risque d’Omicron, c’est un dysfonctionnement de la société. Delta sature les lits de réanimation. »
En clair, ce variant a priori moins dangereux, ne saturera pas les services de réanimation mais va « clouer au lit » des patients fragiles, avec des besoins en oxygène. Il craint aussi un risque de « dysfonctionnement de la société » à cause d’un « trop grand nombre de contaminations et de cas contacts ».

« La question d’une nouvelle dose de vaccin va se poser assez vite pour les personnes fragiles dans notre pays, les personnes immunodéprimées ou très âgées. On en discute avec les scientifiques, pour l’instant seul Israël a ouvert cette quatrième dose » #le79inter

Interrogé sur la possibilité de voir une 4e dose imposée en France, le ministre de la Santé oppose un « Nous verrons » et un « On va en discuter avec les scientifiques ». La question « va se poser assez vite » pour « les personnes fragiles » et « âgées » 3 à 4 mois après leur dernier rappel.

Concernant la 5ème vague, « J’ai dit que c’était peut-être la dernière des vagues : vu le taux de contamination sur la planète, il est probable que nous ayons tous acquis une forme d’immunité (…). Ce mois de janvier va être difficile à l’hôpital ».
« Il y a des réanimations en très forte tension, notamment dans les Bouches-du-Rhône. C’est quasi-exclusivement du variant Delta, et on y trouve deux profils : les patients non-vaccinés, et les patients immunodéprimés fragiles. »