Les candidats à l’élection présidentielle sont en pleine course. Celle de la collecte des parrainages auprès des maires de France. Objectif 500 signatures pour que leur candidature soit validée.

CREDIT : Faut qu’on en parle !

La parole aux administrés, avant même le premier tour du 10 avril. Alors que la guerre des parrainages fait rage entre les candidats à l’Élysée à moins de deux mois de la date limite de dépôt, le maire sans étiquette d’une petite commune du Var a décidé de s’en remettre à ses concitoyens.

C’est le cas d’Olivier Hoffmann, maire de Sainte-Anastasie-sur-Issole, dans les hauteurs du Var. Il soutiendra le candidat désigné par ses concitoyens. Et peu importe le résultat promet-il.

Dans toutes les communes, les maires sont sollicités pour apporter leur soutien à un candidat à la présidence. À Sainte-Anastasie-sur-Issole, commune de 1800 habitants, la question s’est aussi posée. Le maire Olivier Hoffmann, élu sans étiquette, est libéré de toutes pressions partisanes pour accorder sa voix. Il peut aussi décider de ne parrainer personne.

Concrètement, deux tours seront organisés le 29 janvier et le 5 février prochain. Les personnes inscrites sur les listes pourront se rendre à la salle commune pour voter, uniquement pour les candidats déclarés. Ce qui exclut pour l’instant Emmanuel Macron, toujours pas officiellement dans la course.

Les bulletins ne seront dépouillés que si au moins un quart des inscrits y participe. En deçà, le scrutin sera annulé. Et Olivier Hoffmann ne parrainera aucun candidat. Si le scrutin est validé, il assure qu’il respectera le choix de ses électeurs.