• fautquonenparle

15 000€ : le prix d'une sculpture... invisible

La sculpture "Io Sono", de l'artiste italien Salvatore Garau, a été adjugée mi-mai pour 14 820 euros. Sa particularité : on ne la voit pas. Pour l'artiste, âgé de 67 ans, c'est "la parfaite métaphore de l'époque que nous vivons". Même si l'idée est étonnante, l'art contemporain flirte souvent avec l'invisible.



15.000 euros pour... rien. Un artiste italien, Salvatore Garau, a vendu une œuvre d'art inexistante aux enchères. Cette «sculpture» intitulée Io sono («je suis») s'est vendue le 18 mai dernier lors d'une vente organisée par la maison milanaise Art-Rite, spécialisée dans l'art contemporain.


Les enchères partaient à 6 000 euros. Mais après une confrontation entre plusieurs intéressés, l'œuvre Io Sono (Je Suis) a dépassé de 9000 euros son estimation initiale.




Selon l'artiste sarde, l'espace qui accueillera l'œuvre devra obéir à plusieurs critères : il devra s'agir d'une pièce vide dans une maison indépendante, dont le centre devra être exempt de tout objet afin qu'y soit placée Io sono. L'œuvre, qui mesure 1,5 mètre carré, sera délimitée par un bandeau collé au sol. L'acheteur ne devant engager aucune démarche pour recevoir cette création invisible, le seul document qui lui sera remis est un certificat de garantie et d'authenticité.


Ce n'est pas la première fois que l'artiste présente une œuvre immatérielle. Sa sculpture invisible Bouddha en contemplation a déjà orné le centre de la Piazza della Scala à Milan. La seule chose que l'on pouvait percevoir était le carré de ruban blanc au sol qui délimitait le périmètre de l'air.