• fautquonenparle

Bygmalion: Nicolas Sarkozy et son avocat affaiblis

Lors de sa seule journée de présence au procès de ses comptes de campagne devant le tribunal correctionnel de Paris, mardi 15 juin, Nicolas Sarkozy a laissé échapper une drôle de phrase : « Les temps ont changé. »

NIcolas Sarkozy - Crédit photo Alain Rolland

« Oui, les temps ont changé », avait confirmé la procureure Vanessa Perrée à l’ancien chef de l’Etat, contre lequel un an d’emprisonnement (le maximum encouru), dont six mois ferme, a été requis jeudi 17 juin pour le seul délit de dépassement du plafond des dépenses de campagne qui lui est reproché. « C’était il y a deux quinquennats », avait-elle observé. Presque une éternité, dans la bouche d’une magistrate quadragénaire comme la présidente du tribunal.


Nicolas Sarkozy sera-t-il condamné à de la prison ferme ? C'est en tout cas ce qu'a requis le parquet dans le cadre du procès Bygmalion, qui s'est achevé mardi 22 juin après un mois d'audiences au tribunal correctionnel de Paris. L'ancien chef d'Etat, ainsi que treize autres prévenus, étaient jugés pour leur implication dans un système de fausses factures destiné à masquer les dépenses de campagne du candidat lors de la présidentielle de 2012.


"Je ne pouvais pas imaginer que l'équipe qui m'entourait puisse me cacher la vérité." dit Jean-Français Copé devant le tribunal correctionnel de Paris.

"Il me dit que l'UMP demande à être désormais directement destinataire des factures. Je n'y vois pas d'inconvénient." dit Bastien Millot devant le tribunal correctionnel de Paris.


Le réquisitoire des procureurs Vanessa Perrée et Nicolas Baïetto, long de cinq heures le 17 juin, n'a pas été tendre à l'égard des prévenus. Les magistrats n'ont pas hésité à ironiser sur le rôle des accusés, ces "professionnels de la politique" qui ignoraient tout du coût des meetings électoraux. "Nicolas Sarkozy a dit : 'Qui peut oser dire que ma campagne a dérapé ?' C'est une farce !", s'est indignée la procureure. "Mais c'est une farce de nous faire croire que ces personnes-là ne surveillent rien. C'est une farce que de les voir se retrancher derrière leur absence de compétence".


"Il y a 14 prévenus et presque autant de versions. Ces multiples versions et leur impossible combinaison montrent qu'il y a nécessairement des mensonges." dit Nicolas Baïetto devant le tribunal correctionnel de Paris.


Les procureurs ont demandé trois ans de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende pour Jérôme Lavrilleux. Contre les trois ex-cadres de Bygmalion qui ont admis avoir accepté la mise en place du système de fausses factures, ils ont requis 18 mois de prison avec sursis et des amendes de 100 000 euros. La peine la plus lourde, 4 ans d'emprisonnement avec sursis, a été requise contre Eric Cesari, ex-directeur général de l'UMP, et Guillaume Lambert, qui était le directeur de la campagne en 2012.

Le parquet a en outre requis des amendes respectives de 60 000 et 50 000 euros contre les deux prévenus.

#bygmalion #sarkozy #cope #proces #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep