• fautquonenparle

Jean Castex est ouvert à de nouvelles mesures face au variant brésilien, la situation inquiète


En mars, 66 000 personnes sont décédées du Covid-19 au Brésil, le pire total depuis le début de la pandémie. Face à ces chiffres alarmants, plusieurs pays européens ont décidé de fermer les lignes aériennes avec le Brésil, mais pas la France.


"L'aggravation de la situation au Brésil pourrait nous conduire à prendre des mesures supplémentaires", a déclaré ce midi le chef du gouvernement devant les députés LREM. Pour l'heure, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a justifié le maintien de "quelques lignes" avec un protocole sanitaire "renforcé".


Alors que le Brésil fait face à une flambée épidémique catastrophique, le neuroscientifique Miguel Nicolelis avertit sur Europe 1 qu'il ne faut pas "sous-estimer" la "gravité" du variant brésilien, qui pourrait "saper les efforts" de la lutte anti-Covid. Or pour l'instant en France, les voyageurs en provenance ou partant pour le Brésil suivent le même protocole que les autres voyageurs venant de l'étranger.

"2.000 morts, 3.000 morts, 4000 morts par jour. Les gens ont fini par s'habituer à ce décompte macabre" déplore le docteur Vasconcelos, infectiologue à São Paulo au Brésil. Des cimetières débordés, des enterrements nuit et jour, le nombre de morts qui augmente...Le Brésil est plombé par des dizaines de mutants du variant brésilien du Covid-19 et pourtant, il est de plus en plus difficile de convaincre les gens de rester confinés. Un problème d'autant plus important que ce variant est plus contagieux que la première souche arrivée dans le pays. Et ces mutations inquiètent en France, même si pour l’instant la souche ne représente que 4% des variants dans le pays.


La situation déborde nettement les hôpitaux et les scientifiques, alors qu'environ 10 % des 212 millions de Brésiliens ont reçu au moins une dose de vaccin. Pour Miguel Nicolelis, neuroscientifique, ancien président du comité anti-Covid dans la région du Nordeste, ce variant pourrait compromettre à lui seul la lutte contre l'épidémie. "Vous devriez être inquiets", prévient-il. "Car de ce qu'on sait, ce variant est le plus contagieux, deux fois et demie plus contagieux que la première souche qui est arrivée ici au Brésil. Cela cause de gigantesques dégâts ici, car c'est devenu le variant dominant notamment chez les jeunes".


Sans compter les nombreuses mutations du variant : "Le problème, c'est que ce variant mute sans cesse. On en est à 17 mutations jusqu'à présent, c'est beaucoup et c'est ce qui peut expliquer que c'est si transmissible", ajoute Miguel Nicolelis. "Ce variant est une menace très sérieuse pour le monde. Je ne voudrais pas le sous-estimer et je voudrais souligner sa gravité car ça pourrait saper les efforts de l'Europe, des Etats-Unis et de l'Asie à contenir cette pandémie".


Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : https://www.youtube.com/c/fautquonenparle

Toutes les coulisses de notre émission sur Instagram: https://www.instagram.com/fautquonenparle

Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/fautquonenparle

Site internet : https://www.fautquonenparle.fr

#bresil #variant #covid #vaccination #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep

Photo AFP/Marcio James