• fautquonenparle

JO Tokyo : Clarisse Agbegnenou et Samir Ait-Saïd porte-drapeaux

La judokate Clarisse Agbegnenou et le gymnaste Samir Ait-Saïd ont été désignés porte-drapeaux de la délégation française pour les Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août). Sandrine Martinet (judo) et Stéphane Houdet (tennis) mèneront le groupe des Bleus aux Jeux Paralympiques (24 août-5 septembre).


CREDIT : Montage 20 Minutes / photos SIPA et AFP

Ces derniers ont été choisi parmi des "sérieux" candidats : le nageur Florent Manaudou et le perchiste Renaud Lavillenie, sacrés champions olympiques à Londres en 2012, ou encore la lanceuse de disque Mélina Robert-Michon, médaillée d'argent à Rio et déjà cinq éditions olympiques au compteur. Ils étaient douze candidats, sept femmes - Clarisse Agbegnenou (judo), Johanne Defay (surf), Sandrine Gruda (basket), Maïva Hamadouche (boxe), Kristina Mladenovic (tennis), Mélina Robert-Michon (athlétisme) et Charline Picon (planche à voile) - et cinq hommes - Samir Ait-Saïd (gymnastique), Maxime Beaumont (canoë-kayak), Renaud Lavillenie (athlétisme), Florent Manaudou (natation) et Astier Nicolas (équitation). Mais le cavalier avait dû renoncer aux JO jeudi dernier en raison de la blessure de son cheval Babylon de Gamma.

Concernant les Jeux Paralympiques, Sandrine Martinet et Stéphane Houdet sont portes drapeaux après un vote effectué sur Internet et clôturé le 30 juin. Perle Bouge (aviron), Nantenin Keïta (athlétisme), David Smetanine (natation), Pierre Fairbank (athlétisme) et Souhad Ghazouani (haltérophilie) étaient également candidats.

Clarisse Agbegnenou règne sur la catégorie des -63kg. Sacrée championne du monde une première fois en 2014 et vice-championne olympique en 2016 tandis que Samir Aït Saïd, spécialiste des anneaux, avait lui fini les Jeux de Rio à l'hôpital, après s'être brisé la jambe gauche de manière spectaculaire à la réception d'un saut. Quatre ans avant, il n'avait pas pu participer aux JO de Londres en raison d'une précédente blessure : "C'est une fierté de porter toute une nation et une pseudo revanche", a commenté le gymnaste.