• fautquonenparle

L'intense émotion d'un rescapé du Vel d'Hiv après le port de l'étoile jaune par des antivax

"Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point cela m'a ému, les larmes me sont venues." Joseph Szwarc, l'un des derniers survivants de la rafle Vel d'Hiv des 16 et 17 juillet 1942 encore vivant, s'est indigné dimanche 18 juillet de l'utilisation de l'étoile jaune lors de manifestations contre l'extension du pass sanitaire.

Capture Vidéo Youtube

Depuis plusieurs semaines, des anti-vaccins comparent le pass sanitaire à l'étoile jaune que devaient porter les personnes juives durant la Seconde guerre mondiale.


Lors de la cérémonie en mémoire de la rafle du Vél d'Hiv, et plus largement dans le cadre des commémorations de la "Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français et d'hommage aux "Justes" de France", ce dimanche 18 juillet, Joseph Szwarc, un rescapé s'élève contre les dérapages et l'instrumentalisation de l’étoile jaune par des anti-vaccins.

Joseph Szwarc est un survivant. Un rescapé. Il fait partie des rares personnes qui peuvent aujourd'hui témoigner de la rafle du Vél d'Hiv des 16 et 17 juillet 1942. Une mémoire précieuse à l'heure ou les dérapages et l'instrumentalisation de cette sombre période refont surface. Dernier exemple en date, ce samedi 17 juillet lors des rassemblements anti pass sanitaire, un peu partout en France.


"« Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’ai été touché. Les larmes me sont venues. Je l’ai portée, l’étoile, moi. Je sais ce que c’est. Je l’ai dans ma chair. »

Pour ce rescapé de la rafle du Vel d'Hiv, l'étoile "Sans vaccin" arborée par des manifestants anti-vaccin est "une comparaison odieuse".

"C’est le devoir de tous nos concitoyens de ne pas laisser cette vague outrancière, antisémite, raciste, qui rode. C’est un devoir primordial" a-t-il conclu.


Choqué, un médecin toulousain a d'ailleurs dénoncé différentes images glanées sur les réseaux sociaux hier.

Sur l'une d'entre elles, un photomontage de l'entrée du camp d'extermination d'Auschwitz où "Arbeit macht freheit" a été remplacé par "le pass sanitaire rend libre". "Ces gens qui jouent aux résistants en temps de paix, ces gens qui osent promettre aux médecins un nouveau Nuremberg sont des pourritures", lance Jérome Marty, médecin généraliste, dans une vidéo.

#antivax #JosephSzwarc #Veldhiv #PassSanitaire #sante #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep