• fautquonenparle

Les chinois sont désormais autorisés à avoir une troisième enfant

Pour faire face au défi du vieillissement de sa population, la Chine fait un pas de plus vers la libéralisation de sa natalité et autorise un troisième enfant.

WSJ

La Chine a supprimé en 2016 sa politique de l'enfant unique, vieille de plusieurs décennies, pour la remplacer par une limite de deux enfants, qui n'a pas réussi à entraîner une hausse durable des naissances.

Le coût de l'éducation des enfants dans les villes dissuade de nombreux couples chinois.


Elle est toujours le pays le plus peuplé du monde avec 1,412 milliard d’habitants.

Mais sa population n’augmente plus que de 0,53 % par an.

Et surtout, les trente-cinq années de politique de l’enfant unique, de 1979-1980 à 2015, ont profondément modifié sa pyramide des âges. L’objectif d’amélioration du niveau de vie de la population, visé par ses initiateurs, a bien été atteint. Mais à présent que les « enfants uniques » sont en âge d’être parents, et leurs parents en âge d’être à la retraite, se pose un gros problème.


Plus de quarante ans après l'instauration de la politique de l'enfant unique, la Chine franchit une nouvelle étape pour essayer d'en contrebalancer les dégâts. Les couples, qui, depuis 2016, avaient le droit d'avoir deux enfants, sont désormais autorisés à en avoir trois - pas plus : malgré l'urgence de la situation, le pays reste le seul du monde à maintenir une restriction dans ce domaine.

"En réponse au vieillissement de la population (...), un couple est autorisé à avoir trois enfants", a annoncé l'agence Chine nouvelle, citant les conclusions d'une réunion du bureau politique du Parti communiste dirigée par le président, Xi Jinping. La même source a précisé que des "mesures de soutien" aux familles seront également mises en place, comme les congés maternité, les soins pédiatriques et une baisse des coûts de l'éducation. Les autorités n'ont toutefois pas communiqué davantage à ce sujet.


Par ailleurs, certains experts se sont montrés sceptiques quant à l'impact.

Pour Ye Liu, spécialiste en développement international au King's College de Londres, la nouvelle politique a toutefois "peu de chances de faire remonter considérablement le taux de natalité". "Le pouvoir met la responsabilité du vieillissement de la population sur les familles sans engagements financiers concrets", a-t-elle déclaré à l'AFP.


"Si l'assouplissement de la politique de natalité a été efficace, la politique actuelle des deux enfants aurait dû s'avérer efficace aussi", explique Hao Zhou, économiste principal à la Commerzbank, à l'agence de presse Reuters.

"Mais qui veut avoir trois enfants ? Les jeunes pourraient avoir deux enfants tout au plus. Le problème fondamental est que le coût de la vie est trop élevé et que les pressions de la vie sont trop énormes", dit-il.

#chine #enfant #natalite #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep