• fautquonenparle

Levée des brevets de vaccins : les labos se préparent à répliquer


Les labos ont rodé leur discours pour contrecarrer toute idée de suspension, même temporaire, de la propriété intellectuelle.


Le soutien américain à une levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 a suscité de l'intérêt à travers le monde, mais l'opposition de l'Allemagne pourrait faire dérailler la proposition, tandis que l'industrie pharmaceutique freine également des quatre fers.


Jusqu’ici réticent, Emmanuel Macron s’est dit, jeudi, « favorable à ce qu’il y ait cette ouverture de la propriété intellectuelle ». L’Allemagne et la Suisse ont maintenu leur opposition à la suspension des brevets.


La patronne de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Ngozi Okonjo-Iweala a ainsi "chaleureusement" salué jeudi l'annonce faite la veille à ce sujet par les Etats-Unis. Elle a dans le même temps encouragé l'Inde et l'Afrique du Sud, à l'origine de cette proposition destinée à accélérer la production et la distribution des vaccins, à rapidement présenter un texte révisé, davantage acceptable par tous.


« Joe Biden a beau jeu de mettre le sujet sur le tapis, alors qu’une grande partie de sa population est vaccinée, que les Etats-Unis n’ont exporté aucune dose de vaccin jusqu’ici et que plus de la moitié des laboratoires dont les vaccins sont autorisés sont européens », résume un haut fonctionnaire européen.

De plus, l’administration américaine n’a pas pris la peine d’alerter ses partenaires européens de ses intentions, malgré toutes ses déclarations récentes de vouloir réparer la relation transatlantique après le mandat de Donald Trump.


Hostile à la proposition, la Suisse où l'industrie pharmaceutique pèse lourd, a de son côté averti qu'une suspension de brevets ne ferait rien pour "un accès équitable, abordable et rapide aux vaccins, médicaments et produits de diagnostic contre le Covid-19".

Pour l'heure, les brevets sont essentiellement détenus par des laboratoires américains globalement opposés à leur levée qui les priverait, selon eux, d'un retour sur des investissements coûteux.


L'annonce de Washington a d'ailleurs été qualifiée de "décevante" par la Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique (IFPMA), qui a déploré une "réponse simple mais fausse à un problème complexe".


Stephen Ubl, le président de la fédération américaine (PhRMA), considère à ce sujet qu'une telle décision pourrait "davantage affaiblir les chaînes d'approvisionnement déjà tendues et favoriser la prolifération des vaccins contrefaits".


Conséquence du débat mondial, Pfizer, ainsi que Moderna, un autre groupe américain, et BioNTech ont enregistré une baisse de plus ou moins 2% de leurs cours jeudi à New York.

#covid19 #vaccin #brevets #vaccination #france #sante #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep

Photo Reuters